Home A la une Ahmed Raissouni appelle à la guerre : les clairons de la charge ont-ils sonné ?
A la une - Politique - 17 août 2022

Ahmed Raissouni appelle à la guerre : les clairons de la charge ont-ils sonné ?

Le sieur Ahmed Raissouni est président de l’Union internationale des savants musulmans et à ses heures perdus, sujet du roi du Maroc Mohamed VI.

Sa dernière sortie médiatique, attaque de l’Algérie avec des propos séditieux qui portent atteinte à la souveraineté et aux frontières de l’Algérie ont soulevé un vent de colère au niveau populaire et politique et un sentiment de révolte généralisé en Algérie.

Dans une interview exclusive à une des chaînes de télévision, il a lancé un véritable  appel à une guerre ouverte contre l’Algérie, et une menace claire à sa souveraineté et à ses frontières géographiques.

Il appelé le peuple marocain à ramper sur Tindouf, indiquant que cette région  ainsi que  la Mauritanie et le Sahara occidental appartiennent au Maroc. Poussant le bouchon plus loin,  Raissouni a déclaré, « Si le roi du Maroc appelle au djihad, nous sommes prêts à partir en marche pour vivre des semaines et des mois dans le désert et à Tindouf ».

Les réactions des politiques ne se sont pas fait  attendre. Le président du Mouvement national El Bina, Abdelkader Bengrina a exprimé son indignation et confie que « les déclarations de Raissouni ont choqué les sentiments des Algériens, et de nombreux peuples de la région du Maghreb, comme les Mauritaniens et les Sahraouis, avec son discours arrogant, et son style irresponsable qui insulte la souveraineté des Etats et la dignité de leurs peuples, surtout quand il utilise le terme jihad pour entrer en terres algériennes libéré par les martyrs lors de la révolution d’un million et demi de personnes au sang pur a-t-il ajouté.

 «Nos universitaires devraient éloigner de telles personnalités de leur institution, qui n’apprécient pas le sens du mot ni leur responsabilité d’attiser la sédition», a-t-il affirmé.

Pour le premier responsable d’El-Bina, « l’atteinte répétée des symboles marocains à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Algérie est diverse et récurrente dans sa forme officielle et savante, avec le silence appliqué par le régime du Makhzen, ce qui confirme le caractère colonial et expansionniste marocain qui ne respecte aucune charte, aucun droit international, ni bon voisinage, et que tout cela se déroule dans une coordination et une harmonie délibérées, avec des objectifs dessinés et précis, et que cela ne contredit pas les déclarations du Roi du Maroc, qui se confirment chaque jour qu’ils ne sont pas véridiques et ne sont destinés à la consommation médiatique que pour tromper l’opinion publique de bonnes intentions.

Nasser Hamadouche, du mouvement de la Société pour la paix,  a attesté pour sa part qu’ «il s’agit d’une chute grave et retentissante d’un monde d’érudits musulmans, dans lequel il est censé recourir aux équilibres juridiques et aux valeurs islamiques et humaines des droits des voisins et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, non qu’ils recherchent le respect des ordres du roi, qu’ils ont, selon ce qu’il a dit. Un critère au-dessus de la valeur, des normes morales et juridiques d’autant plus qu’il occupe un poste sensible et précis. 

La faillite de l’élite islamique marocaine

Il relève l’état de faillite de l’élite marocaine, y compris l’élite islamique. Le professeur Nour el Sabah Aknouche, du Département des sciences politiques de l’Université d’Alger, a déclaré de son côté : « Ces déclarations expriment un état d’inconscience stratégique subi par le Makhzen, qui a perdu la tête, perdu la boussole et a perdu ses mœurs. » Le rôle régional de l’Algérie est militaire, économique et diplomatique, ajoutant : « Ses semblables doivent faire leurs ablutions avant de parler de Tindouf et du délire du désert oriental, dont la géographie a été dessinée par les martyrs de la révolution et dont l’histoire a été écrit par les héros de novembre et préservé par l’armée d’une nation qui cherche à se sacrifier pour elle et pour une Algérie forte debout contre tout «dégénéré» dont la place est l’hôpital, pas la politique.

 «De tels éclats réfutent le discours du roi du Makhzen il y a quelques jours et exposent le fait que le royaume est devenu un danger pour son peuple et ses voisins, et de telles absurdités se répètent à la veille du 20 du mois d’août, avec sa symbolique et ses profondes connotations nationales pour les Algériens qui connaissent bien l’ampleur du complot contre leur pays depuis l’axe TelAviv-Rabat.

Lundi dernier, l’Union internationale des savants musulmans a publié un communiqué expliquant l’attaque de son président, Ahmed Raissouni, contre l’Algérie lors de sa déclaration dans une interview télévisée. Pour l’Union internationale des savants musulman,  les statuts de l’Union Internationale des Savants stipulent que l’avis qui est attribué à l’Union est l’avis arrêté et signé par le Président et le Secrétaire Général après avis, puis émis au nom de l’Union.

Partant de ce principe, les interviews ou articles Président ou du Secrétaire Général expriment uniquement l’opinion de l’auteur, et n’expriment pas nécessairement l’opinion de l’Union. D’ici quelques jours , les déclarations de  Ahmed Raissouni connaitront de nouveaux développements.

Check Also

Sahara Occidenal : 600 juristes espagnols accusent leur gouvernement de «violer le droit international»

« La décision du gouvernement espagnol de soutenir officiellement le plan d’autonomi…