Home A la une Algérie-Espagne : Du gaz dans …. l’air
A la une - National - 30 juin 2022

Algérie-Espagne : Du gaz dans …. l’air

Le gouvernement de Pedro  Sanchez a franchi le pas. L’Espagne a commencé à envoyer du gaz au Maroc pour la première fois de l’histoire.

Une première qui risque d’alourdir encore davantage les relations algero-espagnoles. « Toute expédition de gaz naturel algérien fourni à l’Espagne, dont la destination n’est pas celle prévue dans les contrats, sera considérée comme un manquement aux engagements contractuels et, par conséquent, pourra entraîner la résiliation du contrat qui lie Sonatrach avec ses clients espagnols », a averti le ministère algérien de l’Énergie dans un communiqué le 27 avril, après que la ministre de la Transition écologique, Terresa Ribera, a notifié par courrier la réouverture du Maghreb-Europe.

Le ministère algérien de l’Energie a menacé mercredi de rompre le contrat de fourniture de gaz à l’Espagne si cette dernière venait à l’acheminer « vers une destination tierce », dans un contexte de tensions diplomatiques avec Madrid et le Maroc autour de la question du Sahara occidental.

Nous allons l’observer de très près», avait déclaré Amar Belani, l’Envoyé spécial chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb. Le timing choisi par les autorités espagnoles coïncide avec la tenue du sommet de l’Otan en Espagne. La décision des autorités espagnoles a-t-elle un rapport avec ce sommet de l’Atlantique Nord ?  Toujours est-il que la question qui se pose aux autorités algériennes se résume à savoir d’où vient le gaz livré par l’Espagne au Maroc ?

Teresa Ribera, vice-président espagnol a toujours exclu cette possibilité. Une procédure de certification garantit que ce gaz n’a pas une origine algérienne, affirme les autorités espagnoles. Des sources d’Enagás assurent que les craintes d’Alger ne se sont pas réalisées. « Une procédure de certification garantit que ce gaz n’a pas une origine algérienne », précisent-ils. Il expliquent que celui-ci a été acquis par le Maroc sur les marchés internationaux et transporté sous forme liquide par un méthanier vers l’Espagne, où son origine a été certifiée et il a été regazéifié.

De là, il est entré dans le circuit —à partir de ce moment, il est impossible d’en vérifier l’origine— à l’état naturel, jusqu’à repartir via Tarifa vers le Maroc. Le gestionnaire de réseau a garanti la traçabilité avec les normes les plus exigeantes à tout moment, assurent les mêmes sources, et l’interconnexion fonctionnera selon les règles techniques de l’Union européenne. Le gouvernement algérien se contentera-t-il de ces précisions ? surement pas !

Selon les medias, les quantités, pour le moment, au Maroc sont modestes, même si l’offre suit une nette tendance à la hausse. Le débit en fin d’après-midi mardi dernier en était que de 3 730 mètres cubes par heure, mais il a augmenté pour dépasser 200 000 mètres cubes par heure à midi le lendemain, mercredi. L’infrastructure a une capacité de 10 000 millions de mètres cubes par an.  Affaire à suivre de très près.

Check Also

Tebboune reçoit les responsables des sociétés « Occiendental Petroleum », « ENI » et « Total Energies »

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu, mardi à Alger, les respons…