Home A la une Berkhane : l’armée française quitte définitivement le Mali
A la une - Monde - 15 août 2022

Berkhane : l’armée française quitte définitivement le Mali

La Force française Barkhane a quitté, tôt lundi, la ville de Gao en direction du Niger, a indiqué l’état-major des armées françaises dans un communiqué.

« Ce jour, à 13h00 (heure de Paris), le dernier détachement de la force Barkhane présent sur le sol malien a franchi la frontière entre le Mali et le Niger. Il provenait de la plateforme opérationnelle désert de Gao, transférée aux forces armées maliennes depuis ce matin », a déclaré la même source.

D’après le communiqué, « conformément à la décision du président de la République française du 17 février 2022, la force Barkhane au Mali s’est réarticulée hors du pays, en moins de six mois et après 9 années de présence ».

Pour rappel, les Forces vives de Gao avaient accordé, dimanche, un ultimatum de 72 heures aux forces françaises de l’opération Barkhane -qu’elles qualifient de  »parrain des terroristes au Mali »- pour quitter définitivement la ville lors d’une manifestation contre la présence française.

Elles ont dénoncé, en outre, l’attitude de la force Barkhane qui « apparaît comme le véritable parrain des terroristes au Mali », avant de sommer la Minusma (Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali) de ne pas « servir de refuge aux éléments de Barkhane au Mali ».

Par ailleurs, les Forces vives de Gao demandent « aux autorités maliennes de porter plainte contre les autorités françaises pour complicité dans l’attaque meurtrière de Tessit et toutes autres agressions meurtrières contre les populations et les forces de défense et de sécurité maliennes », tout en exigeant « des autorités maliennes la clarification des missions des contingents étrangers composant la Minusma, et, à défaut, leur départ immédiat du Mali ».

Dans le cadre de la réarticulation hors des frontières du Mali, la Force Barkhane avait transféré aux Forces armées maliennes ses Bases opérationnelles avancées (BOA) de Ménaka, de Tessalit, de Kidal, de Tombouctou et de Gossi, dans le nord du Mali.

La crise entre Paris et Bamako a atteint son paroxysme lorsque le Mali a décidé, fin janvier 2022, d’expulser l’ambassadeur français à Bamako, Joël Meyer, suite à des propos virulents du chef de la diplomatie française à l’égard des autorités maliennes.

Check Also

34e Congrès technique de l’Union arabe des engrais : les importantes annonces de Mohamed Arkab

Un projet intégré de phosphate et la réalisation d’un complexe industriel pour convertir 7…