Home A la une Conseil de sécurité de l’ONU : le Mali dénonce les actes d’agression de la France
A la une - Monde - 18 août 2022

Conseil de sécurité de l’ONU : le Mali dénonce les actes d’agression de la France

Bamako accuse clairement Paris de violer régulièrement l’espace aérien malien et de fournir renseignements et armes aux groupes terroristes qui sèment horreur et terreur parmi les civiles.

« Notre pays entend user de son droit à la légitime défense, conformément à l’article 51 de la Charte des Nations unies », le Mali s’est encore vu dans l’obligation de dénoncer les «violations répétitives et fréquentes» de son espace aérien par les forces françaises qui y font voler, sans autorisation, des drones, des hélicoptères militaires et des avions de chasse.

«Actes graves qui sont de nature à porter atteinte à la paix et à la sécurité internationales», estime  Abdoulaye DIOP, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans une correspondance adressée, le 15 août dernier, au président du Conseil de sécurité de l’ONU.

Se croyant en zone conquise, les troupes françaises ne se sont jamais encombrées de règles édictées par les autorités maliennes. Leurs aéronefs atterrissent sans autorisation préalable dans des localités hors aérodromes, précise le haut responsable malien. Ils refusent, dira- t -il, d’obtempérer aux instructions des services de contrôle aérien, quand les pilotes ne procèdent pas tout simplement à l’extinction des transpondeurs dans le but de se soustraire au contrôle. Des documents de vol sont falsifiés. « Au total, plus de 50 cas délibérés de violation de notre espace aérien ont été enregistrés grâce aux nouvelles capacités dont disposent les FAMa », a expliqué le ministère malien des AE.

«De nombreux vols d’avions de renseignement et de drones évoluant à haute altitude ont été notés, qui se livraient à des activités considérées comme de l’espionnage, de l’intimidation, voire de la subversion», selon le document du ministère des Affaires étrangères.

Il rappelle que le 20 avril dernier, un drone a illégalement survolé la base de Gossi, dont le contrôle venait d’être transféré à nos Forces armées. Le lendemain, c’est une patrouille de Mirage 2000 qui a effectué une manœuvre visant à intimider un convoi des FAMa en partance pour l’emprise de Gossi. Et le 15 juin 2022, l’avion de transport tactique Casa 295 de l’Armée de l’Air du Mali a été harcelé par un aéronef de combat appartenant à la force Barkhane.

Check Also

Le Conseil de sécurité de l’ONU renouvelle pour un an ses sanctions contre le Mali

Le Conseil de sécurité des Nations unies a, dans une résolution adoptée à l’unanimit…