Home A la une Pourquoi le Grand-Rabin de France fera-t-il partie de la délégation de Macron ?
A la une - Politique - 25 août 2022

Pourquoi le Grand-Rabin de France fera-t-il partie de la délégation de Macron ?

Le président français sera accompagné, lors de sa visite officielle en Algérie du 25 au 27 aout courant, d’une délégation de 90 personnes.

Elle compte sept ministres, dont Bruno Le Maire (Economie), Gérald Darmanin (Intérieur) et Catherine Colonna (Affaires étrangères), des parlementaires, des patrons de grands groupes (Xavier Niel pour Iliad, Catherine MacGregor pour Engie et Rodolphe Saadé pour l’armateur CMA-CGM.

Mais la présence du grand rabbin de France, Haïm Korsia, parmi les membres de la délégation, suscite de vives polémiques au sein de l’opinion public et provoque un torrent de commentaires des personnalités de tout genre notamment les politiques et même sur les réseaux sociaux.

Le grand rabbin de France, Haïm Korsia, dont les parents ont vu le jour en Algérie, souhaite que sa venue à Alger permette aux juifs français qui avaient quitté l’Algérie d’«ouvrir une nouvelle page des relations avec leur pays d’origine pour se réconcilier avec la mémoire et visiter la patrie de leurs ancêtres», selon ce que rapportent les médias.

Il est utile aussi de rappeler qu’aucun représentant des juifs français n’a jamais mis les pieds sur le sol algérien depuis l’indépendance. Haïm Korsia, sera le premier à venir en Algérie. Une visite qui contrairement à ce qui se dit çà et là est loin d’être en porte à faux avec les constantes de notre pays.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a toujours exprimé de manière forte son soutien indéfectible à la cause palestinienne. Et encore, sur le plan diplomatique il fait tout son possible, partout où il  peut pour barrer la route à cette entité criminelle et non en tant qu’ennemi des juifs. «Nous n’avons aucun problème avec les juifs, notre unique problème est celui de la Palestine», martèle le président Tebboune dans plusieurs de ses sorties médiatiques.

 L’Algérie, abritera le 1er et le 2 novembre 2022 le sommet arabe. La question palestinienne est placée au cœur du rendez-vous. Que l’on ne se trompe pas. L’Algérie n’est pas antijuive et garantie d’une manière transparente la pratique religieuse sur son sol.

Notre pays continue toujours à défendre les questions justes des peuples, à leur tête la cause palestinienne et ne voit pas de moyens pour instaurer la paix et la sécurité dans notre région qu’à travers l’obtention du peuple palestinien de ses droits légitimes pour l’établissement de son Etat indépendant avec Al-Qods comme capitale.

 C’est d’ailleurs ce que prévoit le plan de paix signé en 2002 en Arabie Saoudite qui préconise la paix contre la restitution des terres.

Le déplacement du Grand-Rabin de France en Algérie est d’ailleurs un moyen important d’explique et de clarifier, une fois de plus, que l’Algérie n’a aucun contentieux avec les juifs, en dehors de la question palestinienne.

D’ailleurs, la présence de Haïm Korsia dans la délégation du Président Macron ne participe en aucun cas  aux pressions exercées sur l’Algérie pour normaliser ses relations avec Israël, comme le prétendent certaines voix.  C’est plutôt l’un des meilleurs moyens de remettre les pendules à l’heure.

Check Also

Assurances : AXA Algérie réinvente son offre automobile

Dans un contexte économique marqué par plusieurs défis, et dans un secteur où la branche d…